Les couleurs font le moine

2015-12-08

Nous sommes constamment influencés par les couleurs sans même le savoir. Elles ont bien plus d'impact que nous le pensons sur notre état d'esprit et notre ressenti. Rien de tel qu'un peu de jaune quand on broie du noir...

Si le cerveau n'a pas sa dose de couleurs, il déprime. C'est particulièrement le cas pour le fameux cerveau reptilien, qui est le principal producteur d'hormones du corps. Il contrôle le sommeil, l'appétit, ainsi que plusieurs choses régulées par les couleurs. Les couleurs sont une sorte de médicament. Quand on broie du noir, un peu de jaune ne fait pas de mal.

Notre première réaction à une couleur est instinctive. En voici un exemple : il existe une célèbre teinte de rose bubble gum, le Baker-Miller, que les prisons américaines utilisent pour peindre les cellules afin de calmer les détenus agressifs. Certaines couleurs ont un effet relaxant sur les muscles en à peine trois secondes. Le rouge, quant à lui, nous énerve. Le rideau rouge d'un théâtre nous indique que c'est un lieu de passion, où le cœur s'accélère.

Mais les couleurs ont également une dimension culturelle, et nous disposons aussi bien d'une palette collective que d'une palette personnelle. Nous préférons certaines couleurs à d'autres, et nos choix en disent long sur nous. Les personnes extraverties préfèrent les couleurs vives, alors que les personnes introverties sont attirées par les teintes noires et blanches. Les habitants des pays nordiques sont connus pour aimer les tons froids et sobres. Mais si l'on repense au fonctionnalisme des années 1930, on peut dire qu'ils aimaient les couleurs vives dans leur intérieur. Il y eut ensuite les couleurs foncées des années 1970, teintées de marron. Aujourd'hui, nous venons d'entrer dans une nouvelle période colorée. Et si nous avions appris à utiliser davantage de couleurs afin de ne pas être moroses ?