Chut !

2015-11-12

Une mauvaise acoustique peut être une nuisance même dans les meilleures espaces de travail. Malgré cela, nous sommes encore assez négligents dans ce domaine. Six personnes sur dix travaillant en open space déclarent être gênées par le bruit. Mais ce problème peut être résolu !

Saviez-vous que lorsque vous l'on vous interrompt dans votre travail, il vous faut en moyenne 23 minutes pour vous reconcentrer ? Le « ding » récurrent de l'ascenseur peut être tout aussi agaçant que des personnes chuchotant à l'autre bout de la pièce. Parfois, nous ne sommes même pas conscients du bruit qui nous stresse, nous procure des maux de tête et nous empêche d'être productifs.

Alors, comment pouvons-nous résoudre les problèmes liés au bruit ?

Dans les grands espaces de travail, on utilise souvent ce que l'on appelle les fonds sonores artificiels. Un bruit basique est introduit dans la pièce par l'intermédiaire d'un haut-parleur, masquant ainsi tout autre son perturbateur. Il est même possible de transformer le son d'un ventilateur grinçant en souffle d'une agréable brise marine. On dit que l'on « sculpte » le son.

Dans les plus petits espaces, il est préférable d'utiliser des absorbeurs de son et des cloisons. Le designer Christian Halleröd a conçu pour Kinnarps les modèles Prim et Oktav, deux des systèmes de cloison du marché les plus modernes et performants.

Les meubles peuvent également contribuer à optimiser l'acoustique. C'est le cas de la Silent Whisper, la table super intelligente conçue par la designeuse Sigrid Strömgren pour Materia. La structure spéciale du plateau de la table permet d'absorber du bruit et d'atteindre une atténuation allant jusqu'à 10 décibels.

Il est important cependant de comprendre qu'aucun espace de travail ne se ressemble. C'est la raison pour laquelle Kinnarps travaille, entre autres, sur une méthode scientifique connue sous le nom « d'équation de Sabine », qui permet de mesurer le temps de réverbération et de le corréler avec la taille de la pièce. On peut ainsi déterminer le nombre d'isolateurs phoniques requis.