L'art de ne pas écouter

2013-12-19

De nouvelles recherches américaines sur les rencontres de personnel indiquent ce que nous savons déjà : il ne faut pas écouter ceux qui font le plus de bruit autour de la table de réunion. Et voilà pourquoi.

 Nous avons tous fait l'expérience de ce moment où la « grande gueule » du bureau monopolise toute l'attention avec ses idées et ses opinions, et où personne d'autre ne peut placer un mot. Mais la science nous offre aujourd'hui un espoir. Les recherches réalisées par l'Université d'Utah et l'Université d'État de l'Idaho ont montré que les groupes qui apprennent à ne pas écouter les « grandes gueules » savent mieux résoudre les problèmes. Pour faire simple, cela indique que le lien entre la confiance en soi d'un locuteur et ses compétences réelles est souvent très faible. Alors, que devons-nous faire pour ne pas être obligés d'écouter ? D'après les études, la meilleure façon serait d'éviter la discussion. Il vaut mieux uniquement se concentrer sur les faits lors de la réunion, et non les opinions. Ainsi, l'ensemble du personnel peut avoir son mot à dire pour amener ses compétences et son savoir sur la table.