La route verte

2016-06-08

Le transport vert n'œuvre pas simplement en faveur de l'environnement, il favorise aussi l'économie. Et l'endroit où les plus beaux progrès ont été réalisés dans ce domaine, c'est Copenhague !

Pendant longtemps, la voiture incarnait à merveille l'avenir, c'était le vecteur de notre évolution et de celle de notre société. La plupart des villes américaines ont été construites sans trottoirs ni pistes cyclables. Mais désormais, selon des rapports de recherche, nous devons nous engager vers une autre voie et songer sérieusement à laisser notre voiture au garage pour de bon. Ce serait une bonne chose, tant pour notre planète que pour notre portefeuille.

Copenhague montre le plus bel exemple, puisque 55 pour cent de sa population se déplace à vélo tous les jours, pour aller travailler ou se rendre à des activités de loisirs. En plus d'avoir réduit les émissions de dioxyde de carbone de 90 000 tonnes par an, les calculs démontrent que chaque kilomètre effectué à vélo équivaut à deux couronnes suédoises d'économie pour la société. Cela s'explique par les raisons suivantes : la construction et l'entretien des pistes cyclables coûte moins cher que pour les routes, il y a moins d'accidents de la circulation et la santé en général des habitants est nettement meilleure puisqu'en même temps, des impacts positifs considérables se font sentir sur l'environnement. Lorsque les gens s'abstiennent d'acheter une voiture, ils choisissent à la place d'investir dans un logement de meilleure qualité, ce qui encourage aussi l'économie sociale. D'autres villes à travers le monde se sont également développées dans ce sens, y compris les métropoles comme Londres, Istanbul et Mexico, qui ont toutes investi dans des zones sans voitures, et en ont récolté les bénéfices. Mais laisser la voiture au garage signifie que les transports publics devront être améliorés. Le plan le plus innovant de tous est probablement celui de Medellin en Colombie, où un immense système d'ascension, le « Metro de Medellín », transporte les gens d'un point à un autre dans d'énormes cabines de téléphérique suspendues au dessus de la ville. On estime que la réduction du trafic routier engendrée permet une économie d'environ 12 milliards de couronnes suédoises rien qu'en frais hospitaliers.

Le chemin vers une société sans voitures est encore long, mais en prenant progressivement conscience que chacun peut contribuer au changement, nous nous engageons dans une voie un peu plus verte.