Ergonomie acoustique

2016-09-19

LA RÉVOLUTION SILENCIEUSE Même s'il ne peut pas être vu ni touché, le son est un élément important de l'ergonomie que l'on néglige souvent. Lisbeth Forsberg, experte en acoustique chez Kinnarps, pense qu'il est temps de parler du son.

Tous les sons ne sont pas des bruits. En fait, nous recherchons même certains sons que nous devons entendre dans toute leur force. Et comme la sensibilité aux sons et leur perception diffèrent énormément d'une personne à l'autre, ce sujet demeure d'autant plus complexe en ergonomie holistique.

« Ce que nous qualifions de gênant est très subjectif. Nous réagissons différemment à l’égard des sons. Et notre ressenti peut fluctuer d’un jour à l’autre. Il suffit que nous soyons fatigués, stressés ou que nous devions nous concentrer sur une tâche particulièrement difficile pour qu’un simple éclat de rire ou une conversation téléphonique nous agace plus que de coutume », déclare Lisbeth Forsberg.

FAIRE TAIRE LE BRUIT
Pour bien commencer, il est conseillé de demander l’aide d’un expert, qui analysera le lien entre les processus de travail et l’environnement, suggérera une procédure d’élimination des interférences superflues et indiquera les éventuels isolants acoustiques supplémentaires requis. Ce dernier vous parlera des produits spéciaux, tels que les cloisonnettes et cloisons et les systèmes muraux de toutes sortes, et jaugera l’environnement dans son ensemble afin de trouver un bon équilibre au moyen d’isolants naturels comme les rideaux, les tapis et le mobilier.

Lisbeth Forsberg poursuit : « les panneaux acoustiques présentent un second avantage, outre leur capacité à absorber le bruit, puisqu’ils apportent une certaine modularité au lieu de travail et une adaptabilité aux nouvelles configurations ». Isoler les machines et les espaces bruyants, où l’on entend comme un bourdonnement ou avec un niveau sonore légèrement supérieur à la normale (imprimantes, ascenseurs, zones de passage, cantines et espaces d’accueil) est capital. Les panneaux acoustiques entre les espaces de travail amortissent le son dans les « open spaces » tout en préservant les bienfaits d’une plus grande proximité et d’une communication intensifiée. De plus, les pièces séparées pour des réunions courtes ou longues contribuent à un meilleur environnement acoustique.»

« J’ai fait l’expérience d’une variété d’environnements pour lesquels l’acoustique avait été totalement ignorée au stade de la construction, et il peut se révéler ardu de redresser la barre par la suite.Nous recevons des signaux qui font penser que la situation évolue dans le bon sens. Une révolution silencieuse a tout l’air d’être en marche. »

Cliquez ici pour en savoir plus sur notre approche ergonomique.