RAPPORT DES TENDANCES KINNARPS Partie 3. Passer d'une société bronze à une société argent

2013-10-24

Le fait que nous soyons en meilleure santé et que nous vivions plus longtemps est-il vraiment une bonne nouvelle ? Oui et non, car il faut pouvoir soutenir financièrement les plus de 65 ans. Il doit bien y avoir une solution simple à ce problème, sachant qu'aujourd'hui, la plupart des actifs souhaitent continuer à travailler une fois atteint l'âge de la retraite. Cela nécessite toutefois d'adapter l'environnement de travail en conséquence et de savoir utiliser les compétences des seniors.

Les gens nés dans les années 1940 – ou la génération « montagne de viande », comme l'appelait un ministre des finances suédois – ne veulent pas rester assis à nourrir les pigeons.
Ils font des randonnées dans les Dolomites, apprennent le français, s'initient à Photoshop... Bref, ils réalisent leurs rêves.
« Je pense qu'il n'est pas faux de dire que les sexagénaires d'aujourd'hui sont les nouveaux quarantenaires. Je le dis sur le ton de la plaisanterie, mais c'est vrai que j'ai encore l'impression d'avoir 30 ans », explique Derek Barker, PDG de 61 ans du cabinet de design et d'architecture Haskoll au Royaume-Uni.

« Un jeune senior – c'est ce que je suis ! Nous voulons avoir l'air moderne, et je pense que ça se voit aussi bien dans les vêtements que dans le mobilier et les couleurs », poursuit-il.
De plus en plus de personnes âgées estiment avoir davantage à offrir après 65 ans. D'après une enquête réalisée auprès de 1 000 personnes, près de huit personnes nées dans les années 1940 sur dix pensent qu'elles seront toujours en mesure de travailler après 70 ans. Ce chiffre est encore plus élevé chez les personnes de la génération X (nées entre 1961 et 1979).

Le fait que la majorité des actifs soit non seulement prête à travailler plus longtemps, mais qu'en plus elle le souhaite, permettrait de résoudre l'un des casse-tête les plus difficiles auxquels est confronté notre système de protection sociale : comment de moins en moins de jeunes peuvent-ils financer les retraites de plus en plus de personnes âgées ?
« Il existe diverses stratégies pour traiter et résoudre ces défis, mais aucune n'est meilleure et plus efficace que celle consistant à travailler davantage et plus longtemps », écrit Mårten Blix, secrétaire et conseiller auprès de la commission du gouvernement consacrée à l'avenir, dans un article-débat.

Et ce défi a fini en tout cas par attirer l'attention de quelqu'un, à savoir le père de l'auteur de cet article. Hans Blix a eu 85 ans en juin et, entre autres choses, se rend régulièrement à Abu Dhabi dans le cadre de son rôle de conseiller en nucléaire auprès du gouvernement des Émirats arabes unis. Il est membre du conseil de sécurité nucléaire de Vattenfall, président du comité international pour le réacteur de Tchernobyl et chroniqueur pour le magazine d'actualités Fokus.

Bien qu'un peu extrême, le cas d'Hans Blix est loin d'être isolé.
« La main d'œuvre plus âgée travaillera plus longtemps à l'avenir. Il s'agit maintenant de savoir utiliser correctement ses compétences et son expérience. Je pense que l'expérience de la génération des baby-boomers des années 1940 vient soutenir la jeune génération, tandis que la génération Y* peut montrer à ses collègues plus âgés comment "être cool, connecté et en ligne" », explique Ian Weddell, Directeur commercial chez Kinnarps UK.

Mais que devons-nous faire pour que l'ancienne génération se sente utile et bienvenue, à l'opposé du personnage de Jack Nicholson dans le film américain « Monsieur Schmidt », qui attend en vain que son remplaçant lui demande conseil après son pot de départ ? L'une des clés consiste sans doute à savoir apprécier à leur juste valeur les compétences des personnes âgées. Les considérer comme un obstacle pour la nouvelle génération compromet les chances de réussite. Estimer au contraire que les différents groupes d'âge sont complémentaires sur le lieu de travail permet de mettre toutes les chances de son côté.

Le fait est qu'il est de plus en plus intéressant de recruter parmi les anciennes générations. Il n'est pas rare de voir des présentateurs TV de plus de 75 ans aux États-Unis. Les conseillers senior inspirent le respect auprès des clients. En Allemagne, il existe des plateformes de recrutement comme « Erfahrung Deutschland » et « AgeBroker » qui proposent un soutien professionnel de la part de spécialistes plus âgés ou retraités, vraiment très appréciés pour leurs compétences et leur savoir.

Mais la façon dont nous motivons les personnes âgées à continuer à travailler est également une question pratique et concrète.
Un design complet. Un meilleur éclairage. Un mobilier ergonomique. Un accès à des prothèses auditives.
« Pour la première fois, nous avons quatre générations sur un même lieu de travail. Cela signifie que chacun doit développer une façon de travailler qui lui est propre. Il est important de garder à l'esprit qu'une personne de 70 ans et une personne de 20 ans auront des besoins totalement différents sur le lieu de travail », explique Henrik Axell, développeur du concept « Activity Based Working Environment » de Kinnarps.

N'oublions pas pour autant que toutes les professions ne partagent pas cette ambition de garder les personnes âgées au travail plus longtemps, et ce pour diverses raisons.
Il est plus probable qu'un architecte souhaite et puisse poursuivre sa carrière après 70 ans qu'un tourneur. Mais, dans le cadre de notre objectif d'« économie réfléchie » où le travail physique lourd est souvent effectué par des machines et où l'intelligence l'emporte sur les muscles, les postes pouvant être occupés par des personnes âgées seront de plus en plus nombreux.

Dans ce type de monde, combiner l'expérience des anciennes générations  aux compétences des plus jeunes, qui savent penser différemment, devrait nous permettre de multiplier nos chances de réussite.

« Je suis persuadé que les années à venir seront fascinantes. Les « têtes grises » seront plus nombreuses et en meilleure santé que la génération précédente. « Pour beaucoup d'entre eux, moi y compris, travailler fait partie d'un mode de vie, et je voudrais ne jamais avoir à prendre ma retraite », affirme Martin Cook, responsable du groupe design graphique et intérieur chez BDP, au Royaume-Uni.

 

Saviez-vous que...

...les personnes actuellement âgées de 50 ans vivront cinq années de plus que la génération précédente.

...le pourcentage de personnes en âge de travailler (15-64 ans) au sein de l'UE sera réduit de moitié d'ici 2060.

...d'après une enquête sur la génération Y*, 76 % des personnes interrogées veulent avoir un mentor.

*Les tranches d'âge appartenant à la génération Y peuvent varier selon les définitions, mais l'une des caractéristiques de cette génération est qu'elle a presque toujours connu les téléphones portables et les ordinateurs individuels, et qu'utiliser Internet fait pour elle partie du quotidien depuis son enfance.