La magie de la lumiére

L’éclairage est un domaine en perpétuelle évolution ; voici un résumé des techniques actuelles en la matière.

Aujourd’hui, nous n’allumons pas la lumière uniquement pour nous éclairer. Souvent, nous le faisons davantage pour personnaliser un espace et lui apporter une ambiance particulière. Les professionnels du théâtre ont toujours eu conscience des effets magiques que l’éclairage peut offrir. Scénographes et éclairagistes savent comment baigner une pièce d’une lumière d’après-midi ou comment la faire paraître aussi petite qu’un vestiaire ou aussi vaste qu’une salle de bal. Les architectes d’intérieur peuvent tirer quelques enseignements du théâtre, en particulier à l’heure actuelle où le champ d’expérimentation est bien plus vaste qu’il ne l’était auparavant.

Avec les ampoules et les tubes fluorescents classiques, il est difficile de dissimuler la source lumineuse, de faire varier l’intensité ou l’aspect de la lumière. Les innovations techniques dans le secteur de l’éclairage laissent désormais une grande liberté en matière de disposition des lampes et conducteurs de lumière, tout en leur donnant les apparences les plus variées. Des activités de recherche et développement de grande envergure sont en cours chez les numéros un mondiaux en technique d’éclairage, à savoir Philips et Osram. C’est durant cette phase que les grandes lignes de conception de luminaires prennent forme.

Depuis des années, l’industrie de l’éclairage tente de convaincre architectes et décorateurs d’intérieurs de mettre en oeuvre la lumière aussi naturellement
qu’ils jouent avec les couleurs et qu’ils utilisent le mobilier et ce, en composant avec ces trois aspects. Et ces derniers sont sur le point d’y parvenir.

D’importants efforts ont été réalisés ces dernières années pour optimiser l’utilisation de l’énergie : lampes à faible consommation d’énergie et tubes fluorescents T 5 ont réduit la consommation énergétique de chaque luminaire. Cependant, le débat sur le changement climatique renforce les exigences d’économie d’énergie dans l’industrie de l’éclairage, créant ainsi des enjeux supplémentaires pour le secteur. Mais quelles sont les nouveautés ? Des développements sont en cours à plusieurs niveaux. On s’intéresse à la lumière intégrée, c’est-à-dire des niches, des trous, des ouvertures ou des piliers
lumineux qui s’éclairent au lieu d’être éclairés.

« Schlitz Up », le plafonnier en forme de fente d’Ingo Maurer, rappelle les huiles sur toile tailladées de l’artiste Lucio Fontana. Viennent ensuite « Dulcinea », silhouette de 2 mètres de haut ressemblant à un homme vêtu d’un cafetan conçue par Mimmo Paladino, puis « Cadmo vetro » en acier et verre soufflé à la bouche, créé par Karim Rashid pour Artemide. Cela illustre également une autre tendance, celle des luminaires doubles équipés à la fois de lampes à halogène et à faible consommation d’énergie.

Parfois, la lampe à halogène est associée à des tubes fluorescents dans un seul et même produit. D’autres luminaires allient lampe à halogène et LED (ou diodes électroluminescentes) comme sur le « Riccio » de Fabbian, conçu par DesignZagato. Pour optimiser l’efficacité énergétique, les utilisateurs optent pour les tubes fluorescents modernes, les lampes à faible consommation d’énergie, les petites lampes à décharge à halogénure métallique et en particulier les LED, de plus en plus utilisées dans les environnements publics et privés. Celles-ci permettent d’obtenir des dimensions compactes, consomment peu d’électricité, durent longtemps et ne produisent quasiment aucune chaleur mais émettent une lumière intense.

Comme les diodes restent froide, elles peuvent être intégrées dans des matériaux sensibles à la chaleur, incorporées dans des textiles ou combinées à différents types de matière plastique. Il existe également plusieurs tendances de design : toutes sont des variantes inspirées d’innovations techniques récentes et sont axées sur des formes plus sculpturales mais aussi des dimensions résolument plus réduites. Les lampes les plus compactes se trouvent surtout dans les bureaux. Nous voyons ici une série d’exemples qui allient une flexibilité maximum à un minimum de matériau et à des formes minutieuses.

Les thèmes pour les autres luminaires (lampes de bureaux et lustres) rappellent l’humeur joueuse (« Leti » conçu par Matteo Ragni) ou la surprise (« Skygarden » de Flos créé par Marcel Wanders), produisent parfois un effet plus spectaculaire (« Hungry » d’Ali Siahvoshi, fabriqué par Fabbian) ou plus humoristique (« Nebula » de Joris Laarman, fabriqué par Flos et « Cluster Lamp » conçu par Joel Degermark pour Moooi). Pour résumer, la tendance actuelle dans le domaine de l’éclairage met en valeur l’originalité.

Lotta Jonson