Les tribunes du stade peuvent accueillir plus de 15 000 spectateurs.

Là où le grand devient grandiose

Intemporelle et élégante. À la fois remarquablement moderne et dotée d’équipements fonctionnels et de symboles lui apportant une touche classique. La Telenor Arena à l’extérieur d’Oslo, le plus grand stade couvert de Scandinavie, s’adapte à différents types d’activités et de réunions. Un beau succès en perspective.

« Heja Stabæk! Heja Stabæk! » Des encouragements qui résonneront souvent depuis les tribunes grouillantes de spectateurs autour de la pelouse artificielle de la Telenor Arena. Les champions de Norvège de football 2008 y joueront leurs matchs à domicile lorsque la nouvelle saison commencera. Dans quel autre endroit pourraient-ils bien defender leur titre ? Il serait difficile de trouver lieu plus sympa et mieux conçu ? Le nouveau stade se situe sur l’ancien aérodrome de Fornebu, juste à l’ouest d’Oslo, et peut accueillir plus de 15 000 spectateurs. Quand la pelouse est recouverte, le stade se transforme en salle de concert. Lors de la première en février, les rockeurs australiens d’AC/DC ont joué devant 23 000 fans.

La partie située du côté sud du terrain de football contient des bureaux, des salles de conférences, des restaurants et des bars. Mais également des loges, des salles de presse, des salons VIP ainsi que des vestiaires pour les équipes et un cabinet médical à côté des guichets de vente de billets, des kiosques et des salles d’attente. Il existe également un centre de fitness séparé avec spa, gymnase et unité de soins. Partout le mobilier est facilement reconnaissable : Kinnarps, Materia, Skandiform.

Lorsque le grand devient grandiose
Au moment de dessiner les plans de l’intérieur de la Telenor Arena il y a deux ans environ, une équipe de designers fut créée, autour notamment de l’architecte Tord Kvien et de Line Jessen de l’agence de publicité Alle Gutta. Un an plus tard, l’architecte d’intérieur Thomas Næss rejoignit l’équipe. Line fut nommée chef de projet : la mission était grande et exigeait de la coordination.

Thomas Næss et elle, qui nous font désormais visiter les lieux, insistent tous les deux sur l’importance de l’équipe. Ils ont sérieusement étudié chaque décision avant de les soumettre au client, c’est-à-dire à la direction de Stabæk.

« Au sein de l’équipe de designers, nous avons d’abord travaillé sur le caractère du bâtiment. Il était bien sûr lié au football. Mais le stade se trouve sur un site historique et nous voulions d’une manière ou d’une autre conserver une impression d’aérodrome », précise Line Jessen.

Thomas Næss poursuit :

« Notre devise était simple : c’est ici que le grand devient grandiose ! La Telenor Arena est un bâtiment en béton assez brut, dont la construction est ouverte et le design avant-gardiste. Mais ce n’est pas du tout un bâtiment luxueux, en raison de notre budget limité. »

Certaines adaptations particulières ont cependant trouvé leur place. Les propriétaires ont notamment accepté de couvrir les murs intérieurs de tôles d’aluminium rivetées. Le résultat n’est pas sans rappeler des images de fuselage d’avion. D’ailleurs, le design utilisé depuis des années dans l’aviation est étonnement similaire à celui associé au sport : une certaine robustesse masculine pour refléter un pouvoir brut. Les numéros et lettres imprimés sur les maillots ressemblent donc aux symboles des avions.

« Nous avons commandé notre propre police de caractères avec des contours distincts et des bords spéciaux qui évoquent les bonnes associations. Elle s’appelle Stratum 2 et est utilisée pour toute la signalisation et l’affichage. Elle donne une cohesion au stade et rend son ambiance unique », explique Line Jessen.
La décoration murale est complètement adaptée. Des panneaux de portraits ou d’études stylistiques de footballeurs sont disposés le long des murs, aux côtés de photographies de spectateurs. Ils peuvent facilement être remplacés et rénovés entre les saisons ou en cas de changement de joueur. Line, Thomas et les quatre autres designers de l’équipe souhaitaient que le sol ressemble à du béton et sont parvenus à convaincre le client d’utiliser un revêtement en caoutchouc plutôt que de la moquette en vinyle. Et grâce à leur force de persuasion, les rangées de fenêtres du sol au plafond dans les douze loges peuvent désormais être complètement ouvertes pour faire face à l’aréna.

Nuances de bleu
À l’inverse, les couleurs de Stabæk étaient obligatoires. Les deux nuances de bleu qui s’alternent dans les rayures de la tenue de l’équipe ont inspiré le design de l’intérieur. On les retrouve dans les tissues danois et suédois sur des articles tells que les sofas et les sièges rembourrés. Les murs et les tribunes du stade avec leurs sièges rabattables sont peints dans diverses teintes de gris. L’association de couleurs est extrêmement subtile et fit l’objet d’essais préalables considérables.

« L’intemporalité était tout aussi importante. Tout le mobilier devrait encore paraître moderne dans dix ans », espère Thomas Næss.

C’est là que Kinnarps entre en scène avec son mobilier qui ne lasse pas. La Telenor Arena est équipée de 800 chaises Pompidoo et de plus de 200 chaises Giro, de 60 tabourets de bar Mayflower et de 400 tabourets d’autres gammes (Jefferssons, Turner et Plint), de près de 250 tables Viper et bien plus, notamment des sièges, de bureaux, de placards et de porte-manteaux. La facture pour le mobilier du stade entier s’élevait à plus de 8 millions de couronnes norvégiennes.

Un accord commun a d’ailleurs été trouvé à ce sujet et le montant de la facture est réglé par créditbail. Ce mode de financement convenait parfaitement à la Telenor Arena dans la mesure où le projet représentait alors un investissement inférieur pendant la phase initiale.

Sur des petites surfaces, le mobilier devait être le plus fonctionnel possible. Les zones de travail ne paraissent cependant pas exigües. Et les loges, qui font face à l’aréna et sont louées à diverses entreprises, sont vraiment trompeuses. Pour la plupart d’entre elles, Line Jessen et Thomas Næss ont opté pour du mobilier en hauteur, notamment pour des tables et des sièges hauts, de façon à faire passer les loges pour beaucoup plus grandes et spacieuses qu’elles ne le sont en réalité, et à donner une meilleur vue du terrain ou de la scène. Pour des raisons de confort, les dossiers étaient necessaries et un modèle combinant deux modèles de sieges fut proposé. Les sièges Turner reposent donc désormais sur la mauvaise « structure ». Le feu vert fut donné après l’approbation par les designers. Ces sièges furent baptisés Line, clin d’oeil humoristique.

« Caractère », « intemporalité » et « functions multiples dans une zone réduite » – je me demande encore si le plus difficile n’était pas de tout combiner dans un seul bâtiment. À la fois les footballeurs et les hard rockeurs devraient s’y sentir chez eux. Les participants à des conférences se retrouveront dans des lieux qui encouragent des discussions créatives, les hommes d’affaires y rencontreront leurs clients et les familles avec enfants pourront s’y rendre pour assister à des matchs à domicile. L’endroit doit donc être à la fois résistant et accueillant. La Telenor Arena dispose des atouts pour satisfaire tout le monde.

Lotta Jonson