Pour le bénéfice de tous

Nous sommes bien conscients de la recherche en cours dans les domaines de la technologie, de la médecine et de l'industrie afin de faire évoluer notre société et la qualité de vie de nombreuses personnes. Cependant, nous en savons bien peu sur la façon dont notre environnement de travail affecte notre santé et la performance économique des entreprises (et par conséquence celle du pays) . La chercheuse et designer d'intérieur Alexandra Moore nous en dit plus.

Par une froide soirée de février, il y a un peu plus de 18 mois, lors du Salon du meuble de Stockholm, une cérémonie importante avait lieu dans la salle de spectacle municipale. Parmi les personnes venues assister à la remise de cinq des plus prestigieux prix du design suédois se trouvaient de nombreux représentants de ce secteur. L'un des prix les plus attendus fut décerné à Alexandra Moore, designer d'intérieur, économiste et doctorante, qui avait postulé pour la bourse Jarl Andersson, dont le montant est de 250 000 couronnes suédoises (équivalent à 27 000€). Celle-ci avait été créée par le fondateur de Kinnarps en 1999 dans le but d'encourager le développement d'idées et de concepts s'appliquant à l'environnement de travail du futur. Le jury donne la priorité aux candidats passionnés par leur travail, qui doit d'une part intéresser les architectes et ceux qui travaillent dans le domaine du design d'intérieur et d'autre part, qui peut potentiellement bénéficier à un grand nombre de personnes.

Tous les projecteurs de la salle de concert étaient dirigés vers notre candidate, qui était pleine d'appréhension lorsque le jury fit connaître son verdict : « Le projet de recherche d'Alexandra Moore « Paramètres de conception pour le bien-être au bureau explore l'un des principaux problèmes de notre société contemporaine : celui des problèmes de santé liés au lieu de travail. Le comité des bourses déclare à l'unanimité que, grâce à son engagement total, sa vision interdisciplinaire et sa conscience de la réalité du monde de la recherche, Alexandra Moore a jeté un nouveau regard sur la vie professionnelle pour que les énergies individuelles soient employées de façon plus saine et plus efficace ».

Après avoir reçu le prix, Alexandra Moore répondit : « Ce fut à la fois un grand honneur et une chance, car ce prix m'a permis de poursuivre mon projet. La recherche est un processus long et coûteux et il est difficile d'obtenir des financements, bien que le sujet intéresse un grand nombre de personnes ». Il concerne directement les employés qui iraient peut-être plus volontiers au travail, les entreprises qui verraient une augmentation de l'efficacité de leurs effectifs ainsi que du PIB du pays à plus long terme. Il traite également du nombre de personnes en arrêt de travail qui atteint des proportions impressionnantes. Aujourd'hui , la recherche dans le domaine de l'environnement de travail touche également la productivité et la réduction des coûts et sa devise pourrait être : mieux vaut être créatif et se sentir bien que d'être stressé et épuisé!

ASSOCIATION DE LA LUMIÈRE, DU SON ET DE LA COULEUR

Le premier projet qui sera réalisé grâce à la bourse Jarl Andersson est l'une des nombreuses études de cas qui composent la thèse à laquelle elle travaille : il vise à tester diverses associations de paramètres de conception pour voir comment ils affectent le bien-être des employés qui travaillent dans des bureaux en espace ouvert. Elle s'est plus particulièrement penchée sur les employés du service après-vente de TeliaSonera en Suède. Une expérience importante, dans un véritable environnement de travail qui a donné des résultats plus crédibles et réalistes : l'aspect « vécu » constituant aussi la force et l'originalité du projet. Etant donné qu'en matière de recherche, les expériences ont généralement lieu en laboratoire dans des environnements simulés.

« L'aspect le plus important de toutes mes recherches est de comprendre combien sont affectés le bien-être et l'efficacité des employés . Comment l'énergie, l'efficacité et l'investissement des salariés peuvent augmenter en travaillant sur des paramètres de conception comme la lumière, le son et la couleur. Le but est de stimuler plusieurs sens juste comme il faut », fait remarquer Alexandra.

Comment a-t-elle conduit cette étude de cas et quelles conclusions en a-t-elle tirées ? Elle a modifié La bourse Jarl Andersson est le résultat d'une collaboration entre Kinnarps et l'Académie
de design d'intérieur et est organisée par les architectes suédois. l'environnement de travail en associant de façon sélective plusieurs paramètres à différents moments, séparés par des pauses. Il s'agissait de changer délibérément l'atmosphère de la pièce en associant une couleur chaude ou froide avec deux intensités de lumière et deux niveaux de son différents. Les objets personnels étaient soit laissés à leur place sur le bureau des employés ou enlevés. Après chaque modification, les réactions des participants étaient mesurées à l'aide d'une enquête spécialement conçue à cet effet et dont les résultats étaient ensuite analysés : elle démontra que divers paramètres de conception dans l'environnement physique affectent le bien-être de façon indéniable. La couleur influence apparemment le plus notre niveau de bien-être et d'énergie, tandis que la position des personnes dans la pièce se révèle importante par rapport au sentiment d'adhésion et que la présence d'effets personnels amplifie le bien-être. Elle démontra aussi qu'il était appréciable de pouvoir se reposer le regard sur un élément agréable, telle que la vue d'une fenêtre, des plantes vertes ou des oeuvres d'art.

À SUIVRE

Mais n'imaginez pas que vous augmenterez l'efficacité de vos employés en faisant repeindre d'une couleur chaude le mur du fond. Même si des changements relativement mineurs peuvent donner des résultats surprenants, il est nécessaire d'avoir une connaissance approfondie de la relation précise qui existe entre les paramètres de conception et le bien-être. Il est essentiel de créer un instrument de mesure qui peut s'adapter à chaque entreprise et organisme. Et c'est exactement ce qu'Alexandra Moore a l'intention de continuer à approfondir. Cependant, parallèlement à cette tâche de longue haleine, elle travaille à temps partiel pour Tema Arkitekter, activité qu'elle ne lâcherait pour rien au monde, parce que les contacts avec les professionnels sont inestimables pour être au courant des dernières évolutions.

Dans ses études de cas, alors qu'elle poursuit sa thèse en vue de la soutenance, A. Moore espère relier le bien-être à la fois à la réduction des coûts et à la productivité mais aussi voir cette relation dans une perspective à plus long terme, avec des conclusions qui devraient intéresser la plupart des chefs d'entreprise. Les résultats finaux devraient être prêts sous peu.

« Tout dépend si je parviens à obtenir un nouveau financement pour ma recherche », déclare le futur docteur en environnement de travail.

SUSANNE HELGESON