Pourquoi l'UICN a besoin d'un nouveau centre de conservation

Depuis près de 60 ans, l'Union Internationale pour la Conversation de la Nature (UICN) favorise des initiatives de protection de l'intégrité et de la diversité de la nature. Fondée en 1948, cette union forte de plus de 1 000 membres a depuis gagné en taille, en envergure et en complexité.

L'UICN est désormais présente aux quatre coins du globe et couvre des domaines très divers.

Conséquence de cette croissance, l'UICN est désormais à l'étroit dans son siège actuel et se retrouve donc dans l'obligation de construire un nouveau Centre de Conservation. Le Centre de Conservation servira non seulement de lieu de travail pour l'équipe du secrétariat mondial de l'Union, mais sera également un centre de collaboration globale en faveur de la conservation. Le nouveau Centre renforcera la position de l'Union en tant que forum international, ce qui contribuera à développer les alliances et les partenariats en faveur d'une action collective plus forte au sein de la communauté de la conservation, des gouvernements et de la société dans son ensemble.

Description du bâtiment du centre de conservation et de la vision architecturale

Après avoir étudié les normes mondiales en matière de construction durable, l'UICN a décidé de se concentrer sur le standard suisse Minergie-P pour une faible consommation d'énergie, le standard Minergie-Eco pour une construction et un design verts et le système de classement à points LEED (Leadership in Energy and Environmental Design). Ce dernier – qui comprend des normes relatives à la sélection du site, à l'efficacité du système d'alimentation en eau, à l'énergie et à l'atmosphère, aux matériaux et aux ressources, à la qualité environnementale intérieure et à l'innovation et au design – a constitué le cadre des spécifications de design de l'UICN. Le gouvernement suisse a sponsorisé la construction primaire du bâtiment par un prêt sans intérêts de 20 millions de francs suisses sur 50 ans. Kinnarps a été sélectionné comme partenaire privilégié de l'UICN pour la conception de l'espace et le mobilier de bureau.

Holcim a financé la salle de réunion située au sommet du bâtiment et offert du béton thermique et recyclé.
La Fondation MAVA a financé la grande terrasse extérieure et apporté son soutien financier pour garantir que l'UICN puisse répondre aux exigences les plus strictes imposées aux bâtiments verts.

Philips a participé à l'éclairage dernier cri écoénergétique et Dell a offert des ordinateurs qui seront utilisés dans le nouveau Centre Liste Rouge. Enfin, la Loterie Romande a financé l'expansion du jardin naturel qui sera ouvert au public et utilisé pour sensibiliser à l'importance de la biodiversité. Le nouveau bâtiment de l'UICN a utilisé un minimum de matériaux bruts et dérive 100 % de l'énergie qu'il consomme de sources d'énergie renouvelable, principalement solaire et géothermique. « Nous avons tous l'obligation de réduire notre empreinte carbone. Les caractéristiques écologiques du bâtiment, telles que les murs en béton recyclé et thermique, les détecteurs de présence et de lumière du jour et l'utilisation d'eau de pluie pour les toilettes et l'irrigation du jardin, montreront qu'un comportement durable peut aussi se traduire par des bénéfices comptables », explique Julia Marton-Lefèvre, directrice générale de l'UICN.

Caractéristiques du projet en matière de développement durable

L'objectif de l'UICN est d'obtenir la certification LEED Platinium, le niveau le plus élevé possible. Jusqu'à présent, aucun bâtiment de bureaux en Suisse n'a reçu la certification LEED Platinium. Seuls 121 bâtiments de par le monde ont été certifiés Platinium, parmi lesquels uniquement huit en dehors des États-Unis ; il s'agit donc d'un objectif ambitieux pour l'UICN, avec un budget très serré.

image
image image

Le bâtiment le plus vert d'Europe

L'objectif de l'UICN est d'atteindre la certification LEED Platinium, le niveau le plus élevé possible.