Décoration et aménagement : Interior architects Gullstén & Inkinen Ltd

Assied-toi, lève-toi et marche !

Dans les nouveaux locaux finlandais d’Unilever, l’annonce d’un nouvel aménagement avec des bureaux à hauteur réglable a été vivement applaudie. Et les ergonomes sont d’accord : varier les positions de travail est salutaire !

Unilever Helsinki s’est installé dans un bel et vaste immeuble industriel des années 1930 qui abritait un garage automobile et le siège de Volvo en Finlande. Après une rénovation complète des locaux, le mobilier a été installé dans un nouvel espace lumineux et spacieux de 3 300 mètres carrés, lors d’un week-end du mois de janvier. Quatre mois plus tard, le nouveau siège a été inauguré en grande pompe, au cours d’une cérémonie réunissant à la fois des clients et les 140 employés. Outre l’architecture intéressante et la luminosité des locaux, deux aspects sont particulièrement marquants. D’abord, la phrase Feel good, look good and get more out of life (Se sentir bien, prendre soin de soi et mieux
profiter de la vie) orne les murs des entrées principale :

elle résume la culture de l’entreprise. Par ailleurs, les bureaux des collaborateurs sont réglables en hauteur. Est-ce que ces bureaux ergonomiques peuvent à la fois favoriser le bien-être des utilisateurs et les rendre plus efficaces ? Peut-être pas directement mais varier les positions améliore le confort des collaborateurs et permet ainsi de rendre le lieu de travail plus agréable. C’est sans doute le point de vue d’Anita Storgård chez Unilever, chargée du projet de déménagement et responsable de la marque de l’entreprise en Scandinavie. « Le déménagement nous a offert la possibilité d’investir davantage pour nos employés notamment dans la qualité du mobilier. J’ai longtemps travaillé sur un bureau à hauteur réglable et j’en étais très satisfaite, j’ai donc voulu que tous les employés puissent bénéficier de ce confort. J’ai été applaudie par les employés lorsque je leur ai annoncé la nouvelle ! » Concurrencés par les produits des autres fournisseurs, ces bureaux Kinnarps étaient les plus adaptés de par leurs caractéristiques techniques, leur prix, leur qualité et les services proposés.

« De plus en plus de personnes s’intéressent à ces bureaux réglables car l’ergonomie apparaît désormais comme un critère de choix pour les clients », observe Henrik Slotte, PDG de Kinnarps Finlande. Ce point de vue est partagé par l’ergonome Tone Petrelius. Elle travaille pour l’entreprise suédoise TCO Development dont l’objectif est de promouvoir l’amélioration des lieux de travail, notamment en évaluant les caractéristiques des divers produits en fonction de plusieurs critères tels que l’ergonomie, l’écologie et les matériaux. Outre le mobilier de bureau, la société étudie également les écrans, les ordinateurs, les claviers, les casques, les imprimantes et les téléphones mobiles. Tone Petrelius, qui possède une longue expérience dans la santé au travail en tant que physiothérapeute
et ergonome, a été témoin de l’informatisation qui a eu un impact immense sur notre façon de travailler. « En matière de développement général, les directions des entreprises ont pris conscience du fait que

le bien-être de leurs employés a des répercussions sur leurs résultats financiers. De plus en plus d’éléments des lieux de travail ont été améliorés d’un point de vue ergonomique, au profit de l’utilisateur. Les réglages des sièges de travail permettant de varier les positions, la réduction des radiations électromagnétiques des ordinateurs, le réglage électrique des bureaux et la réduction de substances nocives pour la santé et l’environnement sont autant d’exemples des améliorations réalisées dans ce domaine.

« Si l’on observe les réglages ergonomiques recommandés pour un bureau, celui-ci, selonTCO Development, doit se baisser ou se monter à l’aide de réglages électriques et ses dimensions, sa sécurité, sa stabilité et sa solidité doivent être conformes aux normes européennes. La hauteur du plan de travail doit être de 650 à 1 250 millimètres et le bureau doit supporter au moins 80 kilogrammes. Le fournisseur doit également prévoir des supports pour les ordinateurs et une notice des réglages pour l’utilisateur. » Nombre d’enquêtes sur la conception optimale d’un espace de travail ont révélé que varier les
postions est essentiel. S’asseoir et se lever, faire une pause de temps en temps et bouger, tout cela agit sur la circulation, améliore l’apport en oxygène et réduit la fatigue. Tone Petrelius ajoute quelques conseils utiles : « Au lieu d’encombrer votre bureau de montagnes de dossiers et de papiers qui génèrent un stress supplémentaire, placez-les à côté de vous dans un rangement adapté.

La même chose s’applique à l’imprimante qui, placée à distance, vous donne l’occasion de vous lever et de marcher. Il est également important que la taille et la forme du plan de travail soient adaptées aux besoins et tâches spéci-fiques. Une surface claire et transparente favorise la créativité. Conservez davantage de documents sur votre ordinateur et imprimez aussi peu que possible pour optimiser votre confort tout en limitant
l’impact sur l’environnement. J’aimerais voir plus de sociétés prendre le temps de s’informer pour développer des solutions individuelles adaptées car les besoins varient en fonction de la morphologie de chaque personne. Mais un bureau qui se monte et s’abaisse ainsi qu’un siège de bureau réglable pour chaque employé constituent assurément un bon
début. » Une constatation que confirme Anita Storgård d’Unilever. « Je ne pourrais jamais réutiliser mon ancien bureau maintenant que je suis habituée à alterner positions assise et debout. Mon corps protesterait ! »

Susanne Helgeson