L’étude de recherche « Welcoming Workplace » (lieu de travail accueillant) fut menée conjointement par des universitaires du Royaume-Uni, du Japon et d’Australie.

Prêt pour les exigences de demain

D’ici 2020, près de la moitié de la population adulte de l’Union Européenne aura plus de 50 ans. Dans les pays développés, l’augmentation de la durée de vie et la faible natalité entraînent actuellement un changement démographique à long terme qui aura inévitablement un impact sur le monde du travail. Le personnel travaillera de plus en plus au-delà de l’âge normal de départ à la retraite ; ce phénomène imposera des modifications des régimes de travail et une nouvelle conception du lieu de travail lui-même.

C’est l’un des défis que Kinnarps a pris très au sérieux lors du développement de nouveaux produits destinés au lieu de travail, en soutenant ces travaux de développement par des investissements dans des recherches solides.

Welcoming Workplace » est un récent projet de recherche financé par Kinnarps UK et entrepris par le Helen Hamlyn Centre du Royal College of Art de Londres, en partenariat avec l’Université de Kyushu au Japon et l’Université de Melbourne en Australie.

Le projet s’est concentré sur le vieillissement de la population,en se référant de façon spécifique à l’économie du savoir, dans laquelle de nombreuses personnes âgées travaillent actuellement.

Le terme « travailleur du savoir » était initialement utilisé pour définir les médecins, les universitaires, les scientifiques et les personnes occupant des professions similaires, mais il englobe désormais également la plupart des fonctions exécutives et de direction dans les affaires, l’industrie et les instances gouvernementales. Il se réfère à un travail qui dépend de l’application de connaissances théoriques et de l’apprentissage, plutôt que de l’utilisation de formules et de processus répétitifs.

Les travailleurs du savoir constituent le moteur du succès de nombreuses organisations modernes ; attirer et développer de tels talents est devenu une priorité. Un objectif clé des dirigeants, et à leur tour des concepteurs de bureaux, est de trouver des moyens d’améliorer les performances des travailleurs du savoir, dont beaucoup sont en général plus âgés dans la mesure où ils ont acquis leur haut niveau d’expérience professionnelle et d’expertise au cours d’une longue carrière.

« Des changements sont nécessaires pour une main d’oeuvre qui vieillit, à la fois dans notre façon de travailler et dans la conception du lieu de travail. Le plus important pour nous est de travailler vers les exigences de demain et de commencer à changer notre façon de penser dès aujourd’hui. »

La recherche « Welcoming Workplace » a étudié les travailleurs du savoir âgés de plus de 50 ans dans trois « industries du savoir » (l’industrie pharmaceutique, les technologies et les services financiers) et dans trois pays différents. L’objectif de l’étude était d’utiliser une gamme de méthodes de recherche en design afin de donner la parole au groupe « silencieux » des travailleurs du savoir plus âgés, notamment les chimistes-chercheurs, les ingénieurs-procédés et les analystes financiers, au sein de l’environnement de travail ; les chercheurs les reconnaissent comme un groupe qui évite habituellement d’attirer l’attention.

Des recherches ont été effectuées dans les bureaux d’entreprises majeures de Londres, Yokohama et Melbourne. Des travailleurs plus âgés et des cadres supérieurs, responsables de leur bien-être et de leur productivité, dans des services tels que l’équipement, le patrimoine et la santé au travail, ont été interrogés. Des interventions de design expérimentales ont ensuite été menées sur place, pour réagir rapidement aux résultats des recherches et approfondir davantage le dialogue autour des attentes, des besoins et des préférences du personnel. Plus de 80 entreprises du monde entier ont participé à l’étude.

Les résultats du projet de recherche peuvent être divisés en deux catégories : les exigences physiques du lieu de travail, et la façon dont le bureau peut concilier différents styles de travail.

Les résultats ont ensuite été exploités pour la rédaction d’un rapport détaillé par le Dr John Smith du cabinet d’architecture londonien JSA Architecture, financé par Kinnarps UK, qui a apporté son expertise en matière de design aux concepteurs de bureaux, designers et gestionnaires d’équipements, pour qu’ils soient en mesure d’aider les travailleurs du savoir plus âgés à rester plus longtemps productifs au travail. Le rapport fournit des conseils sur cinq types d’exigences physiques et psychosociales : la vision, l’ouïe, l’ergonomie physique, la connaissance et la santé, et le bien-être. Le rapport étudie également différentes façons de travailler qui ne sont pas toujours favorisées dans un bureau « open space » classique. Plus particulièrement, trois types d’espace alternatifs ont été identifiés comme nécessaires au travail du savoir : des espaces pour collaborer, pour se concentrer et pour réfléchir.

Welcoming Workplace a permis d’établir qu’une approche spécifique du design, qui met en place des améliorations générales du lieu de travail bénéficiant à l’ensemble du personnel, a plus de chances de parvenir à répondre aux besoins spécifiques des travailleurs plus âgés qu’une approche qui les traite comme un cas à part.

Le projet de recherche et le rapport ont servi de base pour un séminaire itinérant sur la conception du lieu de travail, agréé par le Royal Institute of British Architects. Une exposition Welcoming Workplace s’est tenue au Royal College of Architecture et au showroom de Kinnarps à Londres, et un livre intitulé « New Demographics New Workspace: office design for a changing workforce », écrit par les membres principaux de l’équipe de recherche, sera publié au printemps par la plus grande maison d’édition commerciale du monde, Gower.

SUSANNE HELGESON