Le nouvel hôtel Kosta Boda Art, où l’entrée est décorée dans un style fonctionnel.

Un hôtel de luxe scintille dans le verre

La Suède a déjà un hôtel en glace. Le premier hôtel en verre a désormais également ouvert ses portes, dans le très sombre Småland, au coeur du Royaume de Cristal de Suède. Sept verriers ont travaillé à la conception de l’hôtel peu conventionnel qui jouxte la verrerie de Kosta.

Soudain, l’idée était née. Pourquoi ne pas penser l’hôtel entier comme une galerie ? Mettre en valeur partout le travail des verriers. Dans le hall d’entrée, le restaurant et, oui, même dans la piscine et les chambres. Et en plus, faire en sorte que tout le verre exposé soit disponible à la vente.

C’est exactement ce qui s’est passé dans l’hôtel Kosta Boda Art, qui a ouvert au début de l’été, juste à côté de la verrerie établie de Kosta. La production de verre suédoise est profondément enracinée dans les forêts de Småland, et était déjà de renommée mondiale en 1910, grâce à des verriers tels Simon Gate et Edward Hald. Même si le génie artistique ne manque pas, l’art du verre connaît des temps de plus en plus difficiles dans le climat actuel de production de masse, de prix bas et de mise au rebut de produits dès que ceux-ci ne sont plus utiles.

Hôtel et salle d’exposition
Redonner vie à l’art du verre suédois n’était que l’un des défis auxquels était confronté Torsten Jansson, propriétaire du NewWave Group, lorsqu’il a repris en 2005 les marques prestigieuses Orrefors et Kosta Boda.

« Des plans avaient été dessinés à la fois pour un hôtel et pour une salle d’exposition », raconte Mia Eskengren, directrice de l’hôtel Kosta Boda Art. « Mais tout à coup, la direction a réalisé que les deux projets pouvaient être combinés en un seul. »

L’hôtel,comprenant 102 chambres et suites,ne ressemble à aucun autre. Et il serait en fait plus précis de parler de salle de jeu extravagante pour certains des verriers les plus réputés de Suède actuellement. Hébergement confortable avec nourriture et boissons en abondance, dans un cadre vraiment différent de l’hôtel de designer « moyen ». La route vers Kosta est longée kilomètre après kilomètre de forêts de gros épicéas et pins.

« L’idée de base était de créer un hébergement de qualité pour les adeptes du verre fortunés », explique Mia Eskengren. « Auparavant, un véritable passionné du verre n’avait nulle part où passer la nuit. Il devait venir ici pour la journée, puis peut-être prendre l’avion pour Kalmar, et ensuite rentrer chez lui dans la soirée. Alors que maintenant, nous avons, au milieu de la forêt, un hôtel agréable qui est devenu une attraction à lui toutseul pour quiconque veut vivre une expérience qui sorte de l’ordinaire. »

Intégrité et collaboration
Sept verriers ont participé à la conception de l’hôtel. Åsa Jungnelius et Ludvig Löfgren, les dernières stars du verre en Suède – excusez du peu – ont, comme d’autres verriers, ajouté leur touche personnelle à de nombreuses chambres et aux zones communes de l’hôtel. Le salon de Ludvig Löfgren est blanc pur, si bien que ses lampes crâne noires et blanches se distinguent clairement des plateaux de table ronds en verre, violet clair et turquoise. Sa chambre d’hôtel est sur fond de roses peintes à la main.

« Soudain, l’idée était née. Pourquoi ne pas penser l’hôtel entier comme une galerie ? Mettre en valeur partout le travail des verriers. Dans le hall d’entrée, le restaurant et, oui, même dans la piscine et les chambres. Et en plus, faire en sorte que tout le verre exposé soit disponible à la vente. »

Les rangées de bouteilles en verre hyperréalistes et gigantesques de rouge à lèvres et de vernis à ongles d’Åsa Jungnelius sont en toute logique placées dans le spa de l’hôtel, ainsi que dans les chambres dont elle a participé à la décoration. Les murs sont recouverts du sol jusqu’au plafond de peinture cosmétique abricot-rose.

Le hall, c’est-à-dire la zone que le visiteur voit en premier, est l’oeuvre de Bertil Valliens. Un large lustre garni de fines sphères de verre remplit la pièce devant ses sculptures de visages ressemblant à des bateaux. Le gris et l’orange ont été choisis comme couleurs, également pour les chaises « Dune » en fibre de verre audacieusement courbées par le designer danois Jonas Lyndby Jensen pour Skandiform. Ces chaises sont normalement uniquement disponibles en noir et blanc, avec piètements en chêne. Mais une version unique et très différente a été créée pour l’hôtel ; le designer et le fabricant se sont donc aussi mis à la décoration d’intérieur.

« Évidemment, cela été formidable pour nous, en tant que fournisseur, de jouer un rôle aussi actif dans un projet de design », se réjouit Maria Lehmann, directrice ventes et marketing pour le fabricant, Skandiform.

Le bar au style sous-marin de Kjell Engman est tout aussi spectaculaire : tout est en verre bleu foncé, des tabourets au bar lui-même. Le même designer, plongeur à ses heures perdues, a décoré la piscine intérieure, où neuf « grottes » submergées font office de vitrines. Le contenu de cette exposition de verre sous-marine peut être régulièrement modifié.

« Kjell est impliqué depuis le début. Nous avons presque dû le ligoter et le bâillonner tellement il avait d’idées », plaisante Håkan Corneliusson, qui, avec sa femme Nina à Basco Interiör, était responsable de gérer le projet de décoration intérieure de l’hôtel, auquel ont également participé les verriers Ulrica Hydman Vallien, Anna Ehrner et Göran Wärff.

Gérer un projet rassemblant sept styles artistiques forts souhaitant chacun s’exprimer ressemble à un cauchemar pour un designer d’intérieur. Mais Håkan et Nina sont tous les deux enthousiastes. L’hôtel de verre est le projet qui leur a procuré le plus de plaisir de toute leur carrière. Collaborer avec sept verriers a été merveilleux. « Ils ont tous un sens développé de l’intégrité », estime Håkan. « Et en général, ils voyaient les possibilités, plutôt que les limites. Ça a été un défi incroyable pour nous de promouvoir l’individualité de chaque artiste. Tout en trouvant et en maintenant une certaine continuité.

SANNI MORTENSEN