image

Conception réalisée par Kinnarps

L'équipe à la tête du projet pour l'IUCN, comprenant des architectes d'AGPS, a été invitée à visiter les usines Kinnarps en Suède afin de s'assurer que l'approche de l'entreprise en faveur d'une fabrication durable était conforme aux exigences environnementales strictes imposées pour le nouveau bâtiment.

Kinnarps et la direction de l'IUCN ont travaillé en étroite collaboration, comme une seule et même équipe de projet, afin de développer et de mettre en œuvre une analyse de l'espace de travail et une consultation en ligne des employés, et d'installer ensuite des « postes de travail test » visant à atteindre un consensus parmi les collaborateurs concernés par le déménagement sans isoler celles qui resteraient dans l'ancien bâtiment.

La consultation des salariés et l'analyse de l'espace de travail ont permis de relever certains sujets d'inquiétude, notamment la question de savoir si le bruit serait problématique dans un nouveau paysage de bureaux ouvert, et si le fait de renoncer à espace cloisonné aurait pour conséquence de réduire les zones dédiées aux réunions et aux appels téléphoniques confidentiels. Il est également apparu que certains employés souffraient de microtraumatismes répétés et de problèmes de dos, potentiellement causés par le mauvais aménagement de leurs postes de travail actuels et par des sièges non réglables.

Trois espaces de démonstration différents ont été installés dans le bâtiment d'origine de l'IUCN afin d'exposer les options disponibles. Ces espaces ont été testés en tant que postes de travail réels et une seconde enquête a été réalisée au cours de cette période test afin de déterminer quels sièges, quels bureaux et quels modules de rangement obtenaient la préférence des employés de l'IUCN.

La conception de l'espace a fait l'objet d'un travail continu par le biais de vidéoconférences régulières, et ce afin d'éviter l'empreinte carbone causée par des voyages pour se rendre à des réunions internationales trop nombreuses.